Sans mot . . . et pourtant

C’est l’article que j’aurai voulu ne jamais écrire. Je suis sans mot face à l’atrocité de cette réalité. Mais pourtant ce soir j’ai ressenti le besoin d’écrire ces quelques lignes.

Il y a eu le choc, l’incompréhension, l’inquiétude . . . et si mes amis étaient au mauvais endroit au mauvais moment . . .  et puis le soulagement de savoir ses amis et sa famille sains et saufs. Mais beaucoup d’entre eux était dans les rues, à des concerts, comme toute la ville un vendredi soir. Le vendredi c’est (c’était) mon soir préféré : celui on l’on a toute la nuit devant soi, tout le week end qui s’annonce, le soir où l’on sort(trop) tard, où l’on boit un peu (trop) où l’on rit (beaucoup) . . .

La peine et là, bien plus que je n’aurais pu l’imaginer d’ailleurs. Parce que c’est terrible, violent, injuste.  Mais comme toute la France ce matin il a fallu se lever, affronter la journée. Je crois d’ailleurs que je n’ai pas osé demandé à mes collègues si ils allaient bien. Et puis la journée a continué, et un des meilleurs moment a  été une discussion avec un collègue  »de ce qui s’était passé », le meilleur moment de cette journée à été ce moment de partage, sur nos peurs, nos questions.

Certain(es) ont décidé de mettre en pause leur blog/site pour respecter les  3 jours de deuil national, ici je ne savais pas quoi faire et finalement j’ai compris que j’avais envie, plus que jamais, de partager avec vous. Partager des beaux projets de notre ville, partager les prochains concerts, inaugurer les prochains restaurants, être une petite touche de joie dans votre journée.

Mes pensées vont aux victimes et à leurs familles: Pour elles, ne donnons pas raison à ces actes barbares, continuons à rire, à partager, à vivre. On ne vous oubliera pas.

Je vous souhaite une douce soirée et je vous retrouve dès demain sur le blog pour des sujets plus légers.

Marion 

(source photo: Marco de Angelis  par )

 

Un petit mot . . .